60 ans du traité de Rome : les céréaliers veulent un retour aux fondements de la construction européenne

Les objectifs pour l’agriculture, définis il y a 60 ans par le Traité de Rome étaient excellents et ils ont été confirmés plus récemment par le traité de Lisbonne de 2008. Hélas, la Politique agricole commune (PAC) dérive et devient  incapable d’atteindre ces objectifs car elle a perdu toute sa souveraineté à cause des accords commerciaux internationaux qui priment et interdisent donc toute réorientation.

 


Pour les marchés qui représentent les produits des grandes cultures, produits amylacés (céréales), matières grasses et protéiques végétales (graines oléo-protéagineuses et dérivés), le taux d’auto approvisionnement de l’Union européenne à 28 n’est que de 72 %.

Au lieu de produire pour le grand marché européen déficitaire, les accords de libre-échange induisent des comportements égoïstes dans les filières :

  • L’UE importe 55 millions de tonnes de soja (graines et tourteaux) qui font disparaître nos cultures de luzerne et déstructurent nos élevages.
  • Elle exporte 30 millions de tonnes de blé, vers les pays tiers, en concurrence avec les moins disants sur le marché mondial et inversement, elle importe 15 millions de tonnes de maïs OGM.

Cette déformation du commerce extérieur nuit à toutes les productions agricoles, elle impose des prix intérieurs bas qui détruisent le revenu de tous les producteurs.

Alors que le bon sens serait de rééquilibrer les productions en faveur du marché européen  selon le principe fondateur de la préférence communautaire, il est surprenant d’entendre, encore très récemment, des organisations de la filière française réclamer encore plus de compétitivité de la part des producteurs pour exporter du blé français vers les pays tiers. De tels comportements nationalistes et corporatistes qui ignorent le « marché commun » sont inacceptables et dangereux en période électorale.

Nos affiches téléchargeables

affiche 5

Newsletter

Stocks mondiaux Blé et Céréales secondaires

Déclaration en tant que collecteur de céréales et oléo protéagineux

Adhesion

Télécharger le bulletin d'adhésionTélécharger le bulletin d'adhésion Si vous souhaitez adhérer à l'OPG.
Télécharger le bulletin d'adhésionTélécharger le bordereau de cotisation individuel Pour ceux qui souhaitent cotiser à l'OPG directement, sans prélèvement de l'OS sur leurs factures de grains