Monsieur Beulin, pourquoi avez-vous de si grandes dents ?

Tribunal

Il y a quelques mois, la FNSEA et ORAMA claironnaient la signature d’un accord pour le lancement d’un fonds de modernisation céréaliers-éleveurs censé aider le secteur élevage à investir pour se moderniser et devenir plus compétitif. Ce fonds devait être alimenté par la générosité des adhérents à ces structures.

 

Il semble que Xavier Beulin, une fois passées les élections professionnelles menées sous le slogan vendeur du syndicalisme de solution, dévoile ce que sont  ses « solutions » : alourdir encore les charges des producteurs de céréales sans solution pour les éleveurs en peine en demandant que l’abondement de ce fonds devienne obligatoire pour tous les céréaliers.

Des céréaliers abusés

Si ce comportement ne surprend pas les agriculteurs qui ont voté pour le changement ceux qui ont fait confiance au syndicalisme de solution devront s’interroger sur leur perspicacité. Heureusement pour les grands responsables syndicaux, l’abus de confiance dans ce domaine non seulement  n’est pas puni mais semble même constituer l’axe de leur gouvernance.  
Cette initiative qui alourdirait les charges des producteurs de céréales de 130 millions d’€ par an survient dans un contexte qui rappelle les mauvais souvenirs de 2009, année aussi funeste pour les céréaliers que pour les éleveurs :

  • les cotations actuelles des céréales marquent une tendance baissière confortée par les analyses américaines et de France Agrimer.
  • les cultures sont à la sortie de l’hiver dans un état sanitaire pitoyable.
  • les coûts de production continuent de monter.

Les éleveurs méprisés et instrumentalisés

Le Fonds dit de modernisation, outre le fait qu’il soit insultant pour les éleveurs bénéficiaires d’une aumône, est en fait destiné aux filières et aux seuls élevages encore en mesure d’investir. Ceci signifie que ce fonds va accélérer la disparition des plus fragiles dont l’âge, la situation économique ou géographique ne permet pas d’envisager l’investissement.   Les bénéficiaires quant à eux n’auront pas d’autre choix que celui de la fuite en avant dans une logique de concentration et d’industrialisation mais aussi d’intégration économique.

Une solution  viable et concrète de la CR et de l’OPG

Face à cette dangereuse ineptie, la CR et l’OPG réitèrent leur demande d’autorisation de la commercialisation directe des grains entre céréaliers et éleveurs. En supprimant les charges des intermédiaires que sont les Organismes collecteurs, elle  constitue une solution réelle et immédiate pour soutenir tous les éleveurs en abaissant leur charge alimentaire. Plutôt que de délester chaque céréalier de 1000 € par an pour aggraver la situation de l’élevage la CR et l’OPG proposent l’instauration d’un circuit court pouvant représenter par exemple une économie de 15 000€ par an pour un élevage de porcs de taille moyenne. Il appartient maintenant au gouvernement de choisir entre le courage de l’efficacité ou la lâcheté de la cogestion.

Nos affiches téléchargeables

affiche 5

Newsletter

Stocks mondiaux Blé et Céréales secondaires

Déclaration en tant que collecteur de céréales et oléo protéagineux

Adhesion

Télécharger le bulletin d'adhésionTélécharger le bulletin d'adhésion Si vous souhaitez adhérer à l'OPG.
Télécharger le bulletin d'adhésionTélécharger le bordereau de cotisation individuel Pour ceux qui souhaitent cotiser à l'OPG directement, sans prélèvement de l'OS sur leurs factures de grains