Prosulfocarbe : du changement pour le désherbage d’automne

Le 2 octobre, l’Anses a modifié les conditions d’utilisation de plusieurs produits à base de prosulfocarbe, pour les usages en désherbage des cultures en application d’automne.




Dépassements de LMR détectés sur des cultures non cibles

Pour motiver sa décision, l’agence s’appuie sur le fait que des contaminations de cultures non cibles sont observées depuis plusieurs années au cours des traitements par des produits contenant du prosulfocarbe. Bien que ne présentant pas de risque sanitaire, elles conduisent régulièrement à des déclassements de lots de végétaux.

Nouvelles conditions d’emploi du prosulfocarbe, en fonction de la présence de cultures non cibles, à moins de 500 ou 1000 mètres de la parcelle à traiter

Le prix du blé étant à l’ensemble des productions agricoles ce que le diapason est à l’orchestre, il est impossible que les EGAlim réussissent s’ils n’ont pas l’ambition de redresser les prix des grandes cultures sur le marché européen, prix qui ont été divisés par 3 en monnaie constante depuis 30 ans.

Dans tous les cas, il faut utiliser un dispositif homologué pour limiter la dérive de pulvérisation des produits (liste des équipements : note de service du 27 avril 2018).

Il faut également prendre en compte l’environnement des parcelles et la présence de cultures non cibles :

Cas n°1 : présence de cultures non cibles à moins de 500 m de la parcelle traitée :
– ne pas appliquer le produit avant la récolte de ces cultures

Cas n°2 : présence de cultures non cibles à plus de 500 m et à moins de 1 km de la parcelle traitée :
– ne pas appliquer le produit avant la récolte de ces cultures
– ou, en cas d’impossibilité, appliquer le produit le matin avant 9h00 ou le soir après 18h00, en conditions de température faible et d’hygrométrie élevée

Les cultures non cibles concernées sont :

  • cultures fruitières : pommes, poires ;
  • cultures légumières : mâche, épinard, cresson des fontaines, roquette, jeunes pousses ;
  • cultures aromatiques : cerfeuil, coriandre, livèche, menthe, persil, thym ;
  • cultures médicinales : artichaut, bardane, cardon, chicorée, mélisse, piloselle, radis noir, sauge officinale.

Le pire a été évité, à savoir une interdiction d’utilisation entre le 15 octobre et le 1er décembre !

Cela a été au départ envisagé par l’Anses mais une mesure aussi radicale aurait privé les céréaliers d’une solution efficace contre les graminées. La Coordination Rurale et l’association Audace espéraient cependant l’application des mesures de gestion du risque (buses anti-dérive, hauteur des rampes à 50 cm, bouillie à 250 litres/ha, vitesse du vent inférieure à 3 ou 4 mètres/sec…) dès le cas n°1 (moins de 500 m), de manière à permettre le traitement même avant la récolte de la culture non cible voisine. Attention : les agriculteurs utilisateurs ont une obligation de résultat pour que le maintien de cette substance active soit pérenne. Si des dépassements de LMR sont de nouveau détectés à l’avenir sur des cultures non cibles, l’Anses pourrait bel et bien prendre une mesure d’interdiction d’utilisation automnale.

À télécharger : note désherbage d’automne de l’Anses

Nos affiches téléchargeables

affiche 5

Newsletter

Stocks mondiaux Blé et Céréales secondaires

Déclaration en tant que collecteur de céréales et oléo protéagineux

Adhesion

Télécharger le bulletin d'adhésionTélécharger le bulletin d'adhésion Si vous souhaitez adhérer à l'OPG.
Télécharger le bulletin d'adhésionTélécharger le bordereau de cotisation individuel Pour ceux qui souhaitent cotiser à l'OPG directement, sans prélèvement de l'OS sur leurs factures de grains